Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par SOUBER YOUSSOUF AHMED

  • Le RPP, ne séduit plus l’opinion nationale…

 

                      Ceci est à ce jour, une vérité plus que jamais incontestable. Le RPP (parti au pouvoir) est devenu un handicap pour la nation Djiboutienne, et Djibouti est quasiment devenue l’arisée de la région. Le RPP a échoué sur tous les plans, tant au niveau de la politique intérieure que celle extérieure. Son heure est venue, et il ne reste plus qu’il fasse ses bagages à proprement dit. Ceux qui le soutiennent malgré les difficultés dont fait face le pays, doivent indéniablement se poser la question suivante : Est-ce qu’un seul parti, vaut la ruine de tout un pays ? Et bien la réponse à cette question, est d’une pure négation simpliste, et le choix de la sagesse s’impose.

 

                      Le royaume géopolitique de Guelleh commence à s’écrouler en 2018, lorsque les Tigrées perdent le pouvoir en Ethiopie. De là s’opère une nouvelle donne géopolitique régionale dont Ismail Omar Guelleh et le RPP n’en font malheureusement pas parti. Au fait pour tout dire vrai, le système de gouvernance iogiste était conçu tel un château de cartes, capable de s’effondrer au moindre contre-mouvement, au moindre vent brusque qui jaillirait de nulle part. Ainsi sont fait les systèmes tyranniques, qui à première vue semblent solides, mais sont en vérité profondément vulnérables et dépourvus de véritables bases étatiques et politiques. Le Groupement d’Intérêt Economique (GIE) qui gouverne Djibouti, est en train de perdre irrémédiablement la donne, et pour preuve le RPP se déchire et se détériore de l’intérieur à petits feu. Les commémorations du 40ème anniversaire du parti, ne sont en faites, que des rideaux d’illusions, destinés à voiler les méandres cauchemardesques d’un vieux parti en pleine déliquescence, voire même au bord d’un gouffre sans fond. Lorsque le pouvoir te quitte, il ne te prévient jamais à l’avance, et ainsi va la vie.  

  • Sur le plan de la politique intérieure, les choses vont mal et s’empirent de jour en jour…

 

                 Le chômage et particulièrement celui des jeunes, augmente inexorablement et les estimations sont à ce sujet très inquiétantes. En matière d’urbanisation, Djibouti-ville ainsi que les régions de l’intérieur se trouvent au stade du moyen âge, et les bidons-villes ne cessent d’affluer de partout. Quant à la pauvreté, elle est généralisée et touche presque sévèrement toutes les couches de la société Djiboutienne et de la même façon. L’énergie est très chère, et le pouvoir n’en fait qu’à sa tête pour empêcher tout type de développement d’énergies renouvelables. L’Education est quant à elle, détruite et remplacée par une éducation de cimetière. Pour preuve, vous verrez des jeunes diplômés Djiboutiens, ayant une mentalité de tribaliste et raisonnant tels des animaux sauvages. L’inflation économique est aussi à son rendez-vous, et la vie à Djibouti est devenue quasiment insupportable. Faut-il encore que le pouvoir d’achat suive le cours de cette inflation, pour que les pauvres ménages Djiboutiens puissent en être soulagés. Le Bilan de Mr ISMAIL OMAR GUELLEH ainsi que celui de son parti, est tragiquement alarmant d’où l’idée de penser, que le locataire de Haramous et le RPP (le parti des médiocres), n’ont plus leur raison d’être au pouvoir.

                                     

  • Sur le plan diplomatique, la politique extérieure est à la déroute…

 

                      Les Djiboutiens ont du mal à avaler la pilule aux vues des derniers chamboulements géopolitiques qu’a connu la corne d’Afrique. L’Erythrée avec qui Djibouti était en guerre depuis onze années de cela, a vu ses sanctions économiques et politiques s’envoler comme un claquement de doigt. Et dans tout cela, notre pays en est sorti vaincu. A qui la faute ? Et bien c’est une bonne question, mais il y’a en vérité une autre question à se poser avant celle-là : Qu’a fait le pouvoir pour empêcher une telle débandade de notre politique extérieure ? Nous aimerions tant bien avoir la réponse à cette deuxième question, sortir de la bouche de Haramous ou celle de ses lieutenants. Nous n’avons ni nos prisonniers Djiboutiens ni nos terres, et pour autant nous sommes censés avoir faits la paix avec le névrosé d’Asseyas Afewarki. Alors iogistes ou pas, répondez à cette question : en quoi avons-nous besoin du RPP et de ces satanés guignols ?

 

 

 

Ecrit et Publié par

Mr SOUBER YOUSSOUF AHMED

Journaliste Indépendant et Directeur du Renard

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :