Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par SOUBER YOUSSOUF AHMED

Kemi Seba appelle à la mobilisation générale pour le 14 Septembre 2019

Non au maintien du néocolonialisme monétaire du Franc CFA!!!

Il est évident que l'oppresseur néocolonial du continent noir, l'état français en l'occurrence et agissant par le biais de son organisation criminelle la France-afrique, peine à saisir l'imminence du sujet dont il est en question, qui est entre autre la disparition effective et sans conditions du Franc CFA. Nous tenons pour vrai cette affirmation, car l'état français et de part ses manoeuvres sournoises et néocoloniales, tente désespérément de s'opposer en arrière plan, au projet de création d'une monnaie unique et souveraine, destinée à l'usage propre des pays de l'Afrique de l'Ouest. À la suite du mouvement de contestation populaire anti-Franc CFA initié depuis peu par la jeunesse africaine, les Présidents de la zone UEMOA, avaient unanimement décidé de créer une nouvelle monnaie unique, ayant pour but de faciliter les échanges commerciaux entre les pays de leur sous région. À ce juste titre, il a été convenu d'établir prioritairement les critères suivants:

- Le stricte principe du respect des souverainetés des états;

- Le respect  du moins conventionnel de la règle du non dépassement du déficit budgétaire à hauteur de 3%;

- Et enfin, un arrimage monétaire de consensus

C'est là où l'Elysée fait son entrée du jeu, essayant d'imposer aux pays concernés et ce par le biais de son fantassin Alassane Ouattara, à ce que la nouvelle monnaie de la zone UEMOA soit arrimée à l'Euro. De ce fait le mécanisme du Franc CFA sera maintenu, et le néocolonialisme monétaire connaîtra un élargissement territorial assez conséquent, en raison de potentiels nouveaux adhérents qui vont s'ajouter à la liste des 14 pays déjà neocolonisés à l'exemple du Nigeria et du Ghana, qui sont des grandes économies africaines. En gros, ça serait une version 2.0 du Franc CFA, mais au mieux élargie et sous-couvert de néocolonialisme monétaire. Ce qui est bien pensé de la part de l'Elysée, mais cette monnaie ne sera ni arrimée à l'Euro, ni administrée par la Côte d'Ivoire qui est une sous-préfecture française. Seuls le Ghana et le Nigéria auront le privilège d'accueillir les structures administratives de la nouvelle monnaie, et seront à même de définir l'orientation de la politique monetaire. Quant à l'arrimage de la nouvelle monnaie, il doit se faire non avec une devise étrangère, mais avec les réalités économiques des pays qui l'utilisent à savoir la valeur moyenne du coût de leurs exportations commerciales (ex: cours du prix de cacao, du coton etc...). Voilà pourquoi  l'ONG "URGENCES PANAFRICANISTES" lance un avis de mobilisation générale par le biais de son leader charismatique Kemi Seba et ce pour le 14 Septembre 2019, afin de dire non au braquage institutionnalisé de l'Afrique et à l'asservissement volontaire. Le silence n'a plus sa raison d'être, l'heure est à la résistance !

 

SOUBER YOUSSOUF AHMED 

Directeur de Publication et de Rédaction du Journal le Renard 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article